Notre gouvernance

 

La Banque Michel Inchauspé – bami – est une Société Anonyme à Conseil d'administration.

L’organisation de la bami se veut moderne et réactive.

Elle place la Direction générale au cœur des circuits de décision des pôles de gestion, des centres opérationnels et des agences afin de leur apporter rapidement son soutien dans l'action et dans les arbitrages.

Ainsi, la dimension humaine de notre banque confère souplesse et réactivité à nos équipes au bénéfice de nos clients.


Le Conseil d’administration

Présidé par Monsieur Jean-Paul Inchauspé, le Conseil d'administration a pour rôle d’analyser l'évolution des encours et des résultats, de définir et de piloter l’organisation ainsi que les grandes décisions stratégiques de la bami, tout en s’assurant du respect des pratiques et des normes de référence - validé en comité d’audit.


La Direction générale

Président Directeur Général, Monsieur Jean-Paul Inchauspé est accompagné par Monsieur Michel Elhuyar, Directeur des Engagements et Suivi des Risques et par Monsieur Pierre Fourquet, Directeur d’Exploitation et du Pôle Entreprises dans le développement stratégique global et le pilotage opérationnel décentralisé de la bami.


Le Comité d’audit

Émanation du Conseil d'administration, le Comité d’audit a pour objectif de garantir la qualité et la sécurité des décisions et des actions menées par la bami. Pour cela, il étudie la qualité de toutes les informations issues des différents départements, ainsi que la méthodologie d’élaboration de ces mêmes informations. Il réunit régulièrement les responsables du Contrôle Permanent, du Contrôle Périodique, du Pôle Juridique et des Engagements & Suivi des Risques.


Le Comité de crédit

Réuni chaque semaine, le Comité de crédit est l’organe de décision de la banque dont la mission est d’analyser et de se prononcer sur des demandes de financement émises par la clientèle au-delà des « délégations agences » et nécessitant un avis collégial. En cas de doute, le comité évalue les risques purement liés à l’octroi de ce financement : risque financier (Michel Elhuyar), risque juridique (Régine Castets) ainsi que divers risques liés aux facteurs humains et économiques (Pierre Fourquet) - cohérence et viabilité du projet, connaissance du client et niveau de confiance, expérience liée à des projets de même nature etc. Les décisions d’octroi sont prises à la majorité qui doit comprendre la voix du Président.


Le Comité des risques 

Réuni trimestriellement, il aborde les dossiers présentant des difficultés de remboursement et leur évolution, les dossiers contentieux déclassés et les procédures judiciaires. Le Comité s'assure aussi que le niveau de provisionnement des risques soit adéquat et décide des constitutions de provision pour dépréciation ou des reprises de provision.


Le Comité « filière risques »

Réuni trimestriellement et piloté par Laurence Glaria, responsable du Contrôle permanent, ce comité analyse et pilote la coordination de tous les dispositifs qui participent à la surveillance des risques et à la mise en œuvre des systèmes de mesure et de surveillance des risques. Et ce, dans une vision aussi exhaustive, transversale et prospective que possible, tant qualitative que quantitative.


Le Comité "métiers et organisation"

Réuni tous les quinze jours, il peut être sollicité par tout responsable de département. Sa mission consiste à améliorer en continu les méthodes et les outils de chaque opérateur de la bami. Pour cela, il analyse l’existant et les besoins exprimés, il co-construit les pistes d’amélioration possibles et cohérentes, hiérarchise les projets, définit précisément les cahiers de charges, suit et valide les solutions apportées en interne comme en externe. Il permet à la bami de rester en phase avec tous les environnements et de s’adapter en permanence.


François Xavier Saint MacaryFrançois Xavier Saint Macary
Membre du Conseil d’administration de la bami

  • Ancien Responsable des marchés de matières premières de la Société Générale durant seize ans.

  • Cumulant près de trente ans d'expérience au sein de la Société Générale et ayant été basé dans différentes capitales comme Sidney, Tokyo, Paris, New York.

  • Consultant indépendant auprès des entreprises en développement durable, énergies renouvelables & efficacité énergétique.

  • Co-créateur de la GSTEE - Grand Sud Terre d’Economies d’Energie. Entreprise de services spécialisée dans la recherche d’économies d’énergie, actuellement basée à Bidart et très bientôt à Anglet. La GSTEE a pour vocation d’accompagner les PME et les collectivités de la Région Grand-Sud durant leur phase de transition énergétique en leur permettant de faire des économies très significatives.

Je prends très à cœur mon rôle d’administrateur de la bami

J’ai la grande joie de m’être lancé dans cette aventure et d’être administrateur de la bami depuis plus d’un an maintenant. Né à Salies-de-Béarn, et très attaché à notre grande région, cela représente pour moi un véritable retour aux sources, me permettant à la fois de vivre le projet passionnant d’accompagner le développement de cette magnifique « maison » et de travailler avec les gens que j’apprécie et que j’ai choisis… le levier de ma plus grande source de motivation.

Depuis dix-huit mois, j’ai plaisir à participer aux différents conseils d’administration et aux assemblées générales de la bami. Avec mes pairs, il nous arrive aussi de nous réunir pour réfléchir et travailler spécifiquement sur notre offre de valeur apportée aux clients.

Devenu administrateur de la bami, j’ai découvert sa très forte culture commerciale de proximité et je suis témoin de sa gestion du risque efficace et extrêmement rigoureuse. Celle-ci est favorisée par les relations étroites et régulières que la banque entretient avec ses clients, ainsi que par la connaissance approfondie des secteurs d’activité sur lesquels elle s’est spécialisée. En tant que banque familiale, la bami comprend mieux que toutes les autres banques la place de la culture spécifique des nombreuses entreprises enracinées sur notre territoire.

De par mon expérience passée de banquier d’investissement au sein la Société Générale et grâce à mon activité de création d’entreprise dans la région, j’essaie d’apporter ma contribution au développement de la bami dans son rôle d’accompagnateur du dynamisme économique local, et dans les rouages de sa gestion.

En accord avec Jean-Paul Inchauspé, je rencontre les directeurs d’agence pour mieux connaître les spécificités de leurs environnements et les besoins propres à leur territoire, tout en partageant avec eux nos expériences sur le terrain.

Je suis également devenu client de la bami, ce qui me permet jour après jour d’apprécier objectivement la grande qualité de son service et l’enthousiasme de son personnelÊtre client de la bami m’assure une confiance sans bornes, car je sais que l’argent que je place dans l’établissement sera réutilisé pour financer notre développement local. Cela donne du sens et de l’envergure à mon épargne.

La bami évoque pour moi un modèle économique puissant, pertinent et durable

Alors que certaines grandes banques ont organisé leurs campagnes de publicité sur les thèmes de « l’esprit d’équipe » et « d’une banque relationnelle de référence » dans le but markété de redresser leur image... La bami, elle, incarne véritablement ces deux dimensions très enviables, en les offrant quotidiennement à ses clients, de façon naturelle, et depuis toujours. Or de nos jours plus que jamais, il est essentiel de savoir privilégier la dimension relationnelle avec ses collaborateurs et avec ses clients lorsque l’on a pour ambition d’accompagner un développement territorial.

Grâce à sa taille humaine et à son sens du travail en équipe, la bami est aussi dotée d’une réactivité hors du commun qui manque cruellement à la plupart des grandes banques de réseau, du fait de leur organisation complexe en silos, limitant le partage et la co-création.

Pour un patron de PME, son entreprise fait partie intégrante de son patrimoine, et c’est l’approche globale du client qui fait alors la différence. Notre banque parvient à répondre de manière optimale aux besoins d’un chef d’entreprise dans leur ensemble : accompagnement personnel en tant que banque privée et accompagnement professionnel en tant que banque commerciale pour le compte de sa société.

L’accélération des cycles et l’évolution rapide de notre environnement économique dues aux effets de la mondialisation nécessitent d’accompagner les clients entreprises dans la durée, avec une grande proximité et en garantissant un circuit optimal de décision.
Le circuit court des prises de décision de la bami est un atout précieux, et un luxe que lui envient les cinq Vieilles.

Les experts affirment que le redressement de l’économie française qui traverse actuellement de grandes difficultés passe par les territoires et que le principe de subsidiarité est l’un des plus puissants moteurs, car il s’appuie sur l’expérience concrète du terrain. Acteur clé du développement territorial, la bami contribue à accélérer ce nouveau dynamisme régional, indispensable à la création de valeur locale. Elle revêt les qualités d’un « club » d’entrepreneurs, dont, en tant que chef d’entreprise, j’apprécie l’organisation régulière de conférences nous ouvrant l’esprit, nous permettant de nous rencontrer et de co-créer.

Quelle que soit l’agence bami dont vous poussez la porte, vous captez immédiatement le fort sentiment d’appartenance des collaborateurs à l’entreprise et à la « maison familiale ». Le fait que Jean-Paul Inchauspé ait la possibilité de connaître personnellement chaque employé renforce cette dimension humaine et l’esprit d’équipe partagé par tous.

L’histoire du développement de la bami est ancrée dans l’économie locale. L’actionnariat de la famille Inchauspé, désormais détenu à 99%, assure une stabilité unique aux employés comme aux clients de la banque, et l’authentique sérénité d’une approche relationnelle à long terme.

La bami sait accompagner le changement tout en restant enracinée dans une culture forte et dynamique. Cette banque éthique choisit de travailler sur des secteurs qu’elle maîtrise en matière de risques afin d’optimiser son conseil auprès des clients entreprises.

Grâce à cet enracinement profond et originel, la bami est à la fois ancrée et ouverte sur le monde. Son identité a voyagé, voyage et voyagera encore longtemps…